Assurance-vie : Meilleurplacement pointe le niveau des frais

Assurance-vie : Meilleurplacement pointe le niveau des frais©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 08 juin 2018 à 15h00

Certains acteurs de l'assurance-vie ont fait de l'absence de frais à l'entrée un argument commercial. Pour autant, la facturation de frais sur les versements est une pratique encore largement répandue.

Des frais à deux étages

Dans une étude, Meilleurplacement.com s'est penché sur les pratiques commerciales des 100 plus gros contrats du marché (qui ont capté 52% des versements bruts). Il en ressort que les assureurs concernés ont prélevé en moyenne 3,3% de frais sur les versements effectués en 2017.

Le comparateur ne donne pas le détail mais on peut supposer que ce chiffre concerne à la fois les frais liées au contrat (l'enveloppe) et les frais facturés par le fonds dans lequel l'assuré investi. De fait, Good Value for Money a fait récemment un point sur les seuls contrats investis en UC. Et le spécialiste de l'assurance-vie évaluait les frais du contrat entre 0,6% et 1,1%, les frais prélevés par les fonds fluctuant quant à eux entre 0,5% et plus de 3%.

Un handicap pour les épargnants

Quoi qu'il en soit, ces frais constitue un handicap évident pour l'épargnant. Concrètement une personne versant 100 euros avec 3,3% de frais n'investit en réalité dans son contrat que 96,70 euros. Avant d'enregistrer des gains, l'assuré doit donc déjà amortir ses frais d'entrée, c'est-à-dire retrouver son capital initial.

Récemment, L'Argent & Vous a réalisé ses propres simulations sur la base d'un contrat investi dans des fonds en euros. Avec 3% de frais d'entrée, il faut par exemple attendre 1 an et 11 mois pour retrouver sa mise de départ si le fonds sert un rendement annuel brut de 2%. Avec un rendement brut de 1,5%, le délai passe à 2 ans et 6 mois.

Pas de lien direct avec la performance

Bien souvent, les professionnels facturant les frais les plus élevés ont un argument implacable : mieux vaut payer des frais sur un contrat performant que de ne rien payer sur un contrat poussif. Reste que l'argument ne convainc pas Meilleurplacement. D'après les calculs du comparateur, les contrats des banques traditionnels ont facturé un peu plus de frais que la moyenne (3,43%). Pourtant, ces contrats n'ont pas offert un meilleur rendement. Au contraire, ils ont servi en moyenne 1,52% en 2017 contre 1,72% pour l'ensemble des 100 plus gros contrats.

L'étude souligne enfin que la fidélité n'est pas récompensée, les vieux contrats ayant généralement plus de frais et des performances moins séduisantes. Pour Maxime Chipoy, responsable du site Meilleurplacement, les assureurs savent qu'ils traitent ici avec des clients captifs qui ne souhaitent pas abandonner leurs contrats de plus de 8 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.