Bourse : plafonnés par la loi Pacte, les frais d'ordre des PEA bancaires ont baissé en 2020

Bourse : plafonnés par la loi Pacte, les frais d'ordre des PEA bancaires ont baissé en 2020©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 11 mars 2021 à 11h22

La dernière étude de l'AMF sur les frais des placements financiers montre que les banques ont baissé les tarifs des ordres de bourse des PEA. Mais elles se sont rattrapées ailleurs...

La dernière étude de l'AMF sur les frais des placements financiers montre que les banques ont baissé les tarifs des ordres de bourse des PEA. Mais elles se sont rattrapées ailleurs...

Passer des ordres de bourse en actions a coûté moins cher aux particuliers en 2020 que par le passé, relève l'AMF dans son enquête annuelle sur les frais des placements financiers.

L'année dernière, les frais de courtage pratiqués par les banques pour les ordres boursiers en ligne des PEA ont sensiblement baissé, en particulier pour les petits montants inférieurs ou égaux à 1.000€.

Cette baisse générale des tarifs est en réalité une conséquence directe de la loi Pacte, qui plafonne depuis l'été dernier le coût d'un ordre passé depuis un PEA à 0,5% de son montant.

Stabilité pour les comptes-titres

D'après les données relevées auprès de neuf banques françaises le 1er janvier 2021, ces frais sont ainsi passés de 0,8% en 2019 à 0,49% pour les ordres en ligne de 1.000€, de 0,54% à 0,49% pour ceux de 5.000€, et de 0,51% à 0,48% pour ceux de 10.000€.

En parallèle, les ordres passés via les comptes-titres, en moyenne plus coûteux et qui échappent à ce plafonnement légal, sont demeurés stables, compris entre 0,79% et 0,52% selon le montant des opérations.

Les frais des courtiers en ligne, toujours imbattables

En dépit de cette baisse, les frais des courtiers en ligne restent toujours sensiblement moins élevés que ceux pratiqués par les banques relève l'AMF. Pour un ordre d'achat ou de vente d'actions de 5.000€, le tarif moyen pratiqué par les brokers pour des ordres d'actions cotées sur Euronext Paris est de 10,2€, soit 0,2% du montant de l'ordre, que les titres soient hébergés via un compte-titre ou un PEA.

Chez certains intermédiaires, les coûts des ordres passés sur la cotation parisienne peuvent même tomber à 0,09%, note l'autorité financière. Et le maximum relevé parmi les sept enseignes, à 0,33%, reste bien inférieur à celui des établissements bancaires.

Les frais des ordres sur les titres cotés à New York ou à Francfort restent toutefois plus élevés, atteignant respectivement 0,34% et 0,37% du montant de l'ordre en moyenne.

Flambée des droits de garde

Par ailleurs, si les banques ont été légalement contraintes de mettre le holà sur les frais de courtage, celles-ci ont en moyenne augmenté leurs droits de garde. Pour les portefeuilles de petits montants, cette hausse est plus importante sur les comptes-titres (+10%) que sur les PEA (+4%). « Ainsi, sur un compte-titre, pour un portefeuille de 10.000€ répartis sur dix lignes, les droits annuels moyens sont désormais de 0,73% du montant investi (soit 73€), contre 0,67% en 2019 », note l'Autorité des marchés financiers. Pour un placement équivalent sur un PEA, les frais sont passés en moyenne de 0,5% en 2019 à 0,53% en 2020, soit 53€.

0,82% tout compris

Au final, tous frais compris, le coût moyen d'un PEA proposé par une banque traditionnelle est resté stable en 2020. Selon une simulation de l'AMF, les frais de bourse annuels totaux d'un investisseur passant depuis son PEA bancaire 12 ordres par an de 5.000€ via Internet, et détenant un portefeuille de 60.000€ sur 10 lignes, représentent en moyenne 492€, soit 0,82% du montant de son portefeuille. Chez les courtiers en ligne, ce coût tombe en moyenne à 0,2%, soit 100€ par an.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.