Déjà plus de 5 milliards d'euros au compteur du Livret A et du LDDS en 2018

Déjà plus de 5 milliards d'euros au compteur du Livret A et du LDDS en 2018©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 21 mars 2018 à 15h47

Après avoir attiré 3,9 milliards d'euros en janvier, le Livret A et le LDDS ont ralenti la cadence en février. Toutefois, la collecte est restée soutenue le mois dernier. Elle a atteint 1,29 milliard d'euros dont 1,07 milliard d'euros pour le Livret A.

Ainsi, 5,19 milliards d'euros ont déjà été placés sur ces deux produits depuis le début de l'année, ce qui équivaut à près de 42% de la collecte globale de 2017.

A la vue de ces chiffres, une question vient à l'esprit. Pourquoi constate-t-on une telle ruée vers le Livret A alors que son taux reste bien maigre ? De fait, la rémunération sera de 0,75% jusqu'à fin janvier 2020. Et cette année, elle ne suffira certainement pas à compenser l'inflation attendue entre 1,1% (gouvernement) et 1,6% (Banque de France).

Peu de solutions alternatives

Il faut dire que les autres supports sans risque ne sont pas plus généreux. Les PEL récents servent 0,83% net de prélèvements, voire 0,7% net de fiscalité (pour ceux qui ont été ouverts depuis janvier). Les livrets bancaires ordinaires offrent au mieux un taux de base de 1% actuellement (soit 0,7% après fiscalité).

Quant à l'assurance-vie en euros, elle laisse certes entrevoir un rendement moyen de 1,4% brut en 2018 (1,16% après prélèvements sociaux). Mais elle est loin d'être aussi souple qu'un Livret A.

On peut donc supposer que le Livret A apparaît comme un moindre mal aux yeux des épargnants, surtout s'il s'agit de mettre de côté une épargne aisément mobilisable. Reconnaissons d'ailleurs que dans cette optique, un Livret A au taux réel négatif sera toujours préférable à un compte courant non rémunéré.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.