« Fin de carrière : pourquoi ne pas envisager la retraite progressive ? »

« Fin de carrière : pourquoi ne pas envisager la retraite progressive ? »©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 30 septembre 2020 à 09h24

Valérie Batigne, présidente de Sapiendo Retraite

La retraite progressive est l'un des deux dispositifs, avec le cumul emploi retraite, permettant de combiner revenus d'activité et pensions. Elle vous permet de liquider une partie de votre retraite tout en poursuivant une activité. La crise économique actuelle peut en effet vous amener à envisager un départ en retraite de façon progressive et plus précoce.

Vous continuerez à cotiser

Plus précisément, la retraite progressive permet de diminuer son activité professionnelle en travaillant à temps partiel et de mettre en paiement une partie de ses retraites. Dans le cadre de votre activité, vous continuerez à cotiser et donc à valider des points et des trimestres qui seront pris en compte dans le calcul de votre retraite totale. Cela n'est pas le cas du cumul emploi retraite, qui ne permet pas de générer de nouveaux droits dès lors que la retraite a été mise en paiement. Ce dispositif peut être utilisé pour valider des trimestres supplémentaires de sorte à atteindre son taux plein ou bénéficier d'une surcote. Il peut également être mis en place pour travailler un an de plus, de sorte à éviter ainsi le malus Agirc-Arrco.

Qui peut en bénéficier ?

Vous pouvez en bénéficier si vous êtes un indépendant affilié à la sécurité sociale des indépendants (SSI) ou un salarié ne travaillant pas dans le cadre d'un forfait en jours par an sous réserve de valider certaines conditions.

Quelles sont les conditions à remplir ?

Vous devez avoir au moins 60 ans et être en activité, justifier d'au moins 150 trimestres de durée d'assurance et réduire votre activité. En tant que salarié, votre activité doit être réduite entre 40 % et 80 % d'un temps plein.

Comment fonctionne ce dispositif ?

Au moment de la mise en place du dispositif, vous devez réaliser une « liquidation provisoire » de votre retraite, qui sera calculée sur la base de vos droits acquis à cette date. Elle ne sera pas entière mais proportionnelle à la réduction du temps de travail. Vous devez également aménager en parallèle votre temps de travail et un nouveau contrat précisant la durée travaillée devra être signé.

Lorsque vous demanderez la totalité des droits, vous devrez procéder à une nouvelle « liquidation » de vos droits à retraite, cette fois-ci définitive. Cette retraite sera recalculée en intégrant les droits acquis pendant la période d'activité effectuée à temps partiel.

Exemple

Un salarié passe en retraite progressive à un taux d'activité de 40 % et perçoit un salaire brut annuel de 80.000 € (en ayant respecté les conditions nécessaires d'âge et de trimestres). Sur la base des droits acquis à 60 ans, il pourra percevoir une retraite de 36.525 € brut/an.

Il percevra donc 60 % de ses retraites à compter de la date de début d'activité en temps partiel, soit 60 % x 36.525 € = 21.915 € brut/an en complément de son salaire. À ces 21.915€ brut/an, s'ajouteront ses revenus d'activité égaux à 40% de 80.000 €, soit 32.000€ brut/an. Le total de ses revenus s'élèvera donc à 53.915 € brut/an.

Pendant la période de retraite progressive, il validera des points et des trimestres lui permettant de partir à taux plein dès ses 62 ans. Il pourra donc arrêter son activité Dès ses 62 ans et percevoir l'intégralité de sa retraite qui s'élèvera à 41.450 €/an.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.