Les Français ne semblent pas si nombreux à avoir épargné davantage pendant la crise sanitaire

Les Français ne semblent pas si nombreux à avoir épargné davantage pendant la crise sanitaire©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 01 juin 2021 à 16h55

D'après une enquête IFOP commandée par Altaprofits, les Français sont toujours très réticents à prendre des risques dans leurs placements.

D'après une enquête IFOP commandée par Altaprofits, les Français sont toujours très réticents à prendre des risques dans leurs placements.

La troisième édition du Baromètre de l’Épargne en France et en régions réalisé par la société de Conseil en Gestion de Patrimoine en ligne Altaprofits, à partir d’une enquête IFOP auprès de 2.400 personnes, apporte des éclairages sur les conséquences de la crise sanitaire sur le comportement d’épargne des Français.

Les Normands se distinguent

Pour une majorité des personnes interrogées (56%) entre le 19 et le 26 avril, la crise sanitaire a eu un impact sur le montant épargné depuis un an. 31% ont ainsi moins épargné ces 12 derniers mois que l’année précédente, tandis qu’un quart (25%) ont davantage épargné. Si le nombres de personnes qui ont moins épargné est plus important que l’inverse, le surcroît d’épargne des uns peut malgré tout être supérieur au montant utilisé pour dépenser son épargne chez d’autres.

En régions, les Normands se distinguent en étant largement plus nombreux que la moyenne à avoir pu mettre davantage de côté. Leurs voisins Bretons sont les plus nombreux à n’avoir rien changé dans leur épargne en 2020. L’année a été plus rude pour les Aquitains qui sont les plus nombreux à avoir moins épargné.

Se faire plaisir ou investir ?

Interrogés sur l’utilisation qu’ils pourraient faire de l’épargne accumulée pendant l’année de crise sanitaire, 25% déclarent vouloir dépenser pour se faire plaisir (cadeau, voyage, voiture, …) alors que 39% indiquent préférer investir.

Les placements financiers plutôt que l’immobilier

Alors que l’immobilier est souvent cité comme une valeur refuge appréciée des Français, cette enquête montre cependant une préférence pour développer une épargne financière plutôt que d’investir dans la pierre. 26% des épargnants ont en effet le projet de placer les sommes récemment mises de côté, en investissant dans des produits d’épargne réglementés (13%), en assurance vie (6%), en Bourse (4%) ou encore en souscrivant un Plan Épargne Retraite (2%). En comparaison, ils ne sont que 13% à répondre faire le choix d’investir dans l’immobilier, locatif (5%) ou via l’achat d’une résidence principale ou secondaire (8%).

Aversion au risque

S’il y a bien une chose qui ne change pas c’est que les Français sont toujours très réticents à prendre des risques. Près de 8 épargnants sur 10 privilégient un placement sans risque même si son rendement est faible. Seuls 3% disent investir dans des produits risqués qui peuvent laisser espérer un rendement important.

Autre observation, les épargnants Français sont nombreux à placer de l’argent de manière fréquente et la crise n’a pas fait bouger les lignes sur cet aspect du comportement des épargnants, ainsi 45% alimentent leurs produits d’épargne au moins une fois par mois et près de trois quarts le font au moins une fois tous les 6 mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.