Non, la distribution de dividendes n'enrichit pas l'actionnaire

Non, la distribution de dividendes n'enrichit pas l'actionnaire©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 21 novembre 2017 à 09h24

Au troisième trimestre, plus de 328 milliards de dollars de dividendes ont été comptabilisés dans le monde. Le chiffre a de quoi impressionner... et faire réagir. Pourtant, un dividende n'enrichit en rien un actionnaire. Cette affirmation est loin d'être une provocation. Il s'agit bel et bien de la réalité comptable.

Pour le comprendre, le plus simple est de prendre un exemple. Imaginons une société de portefeuille sans dette ayant 5.000 euros de placements et 5.000 euros de liquidités. Son capital vaut donc 10.000 euros. Si ce capital est réparti entre 100 actions, chaque action vaut en théorie 100 euros.

Hypothèse de versement d'un dividende

Simulons maintenant le versement d'un dividende de 2 euros par action (2% de rendement). La société va s'alléger de 200 euros de cash. Son bilan ne sera plus composé que de 5.000 euros de placements et de 4.800 euros de cash, soit un total de 9.800 euros.

Ainsi, après versement du dividende, chaque action ne vaudra plus que 98 euros (9.800/100), ce qui est logique la société étant alors « moins riche » qu'avant.

Du point de vue de l'actionnaire, le calcul est simple. Il aura certes perçu 2 euros en cash, mais son action ne valant plus que 98 euros, son patrimoine restera de 100 euros, comme auparavant. L'actionnaire ne se sera donc pas enrichi.

En fait, le versement du dividende n'est qu'une monétisation du patrimoine économique de l'actionnaire (on lui rend en cash une partie de ce qui lui appartient déjà au travers de sa quote-part dans la société). On parle d'ailleurs traditionnellement de détachement de coupon...

Hypothèse de rachats d'actions

La distribution peut aussi prendre la forme d'un rachat d'actions. Et ici, le résultat est le même. Imaginons que la société rachète pour 200 euros de ses propres actions (2% de son capital), soit 2 actions à 100 euros. Elle va perdre 200 euros de cash, mais accroître ses placements à 5.200 euros grâce aux actions rachetées. Son total de bilan restera donc de 10.000 euros.

Pour ce qui est des actionnaires, ils percevront ensemble 200 euros de cash, mais n'auront plus que 98 actions (d'une valeur de 100 euros). Leur patrimoine cumulé restera donc de 10.000 euros. Ils ne se seront pas non plus enrichis.

Un enrichissement en amont

Si contrairement aux idées reçues la distribution n'enrichit pas l'actionnaire, comment ce dernier peut-il alors accroître son patrimoine ? En fait, tout se joue en amont de la distribution. L'actionnaire s'enrichit quand l'entreprise améliore ses fonds propres, donc quand elle dégage du résultat.

Imaginons que notre société prise en exemple dégage 1.000 euros de résultat l'année suivante (N+1). Elle va augmenter ses liquidités d'autant et son capital va grimper à 11.000 euros. Chaque action vaudra alors 110 euros (au lieu de 100 euros).

D'un point de vue économique, l'actionnaire se sera enrichi de 10 euros (+10%) au cours de l'année N+1 puisque son patrimoine sera passé de 100 à 110 euros. Ensuite, on pourra reprendre le même raisonnement que ci-dessus. Que l'entreprise décide ou non de distribuer une partie de cet enrichissement ne changera rien. L'actionnaire ne gagnera pas plus. Il sera toujours à la tête de 110 euros, soit en actions, soit en actions et pour partie en cash...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU