« Dans le sillage de l'inflation, les taux de crédit pourraient remonter plus que prévu »

« Dans le sillage de l'inflation, les taux de crédit pourraient remonter plus que prévu »©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 15 février 2018 à 09h14

Alors qu'on annonçait en début d'année une période d'accalmie sur les taux de crédit, le retour de la croissance et de l'inflation pourraient modifier légèrement ce scénario, sans toutefois qu'une envolée soit à craindre car les banques ont la volonté de maintenir des taux bas pour ne pas enrayer la dynamique du marché immobilier.

Des prévisions trop optimistes ?

Tous les professionnels du secteur s'accordaient sur ce point en début d'année : les taux de crédit devaient rester bas tout au long de l'année 2018 ou ne remonter que très faiblement... Mais le retour de l'inflation, notamment aux Etats-Unis, et la hausse des taux d'emprunt d'Etat des deux côtés de l'Atlantique  pourraient rebattre les cartes et venir contredire ces prévisions relativement optimistes. En effet, dans le sillage des taux américains, le taux d'emprunt d'Etat Français à 10 ans, qui sert de référence plus ou moins directe aux banques pour déterminer le niveau des taux fixes,  est remonté à plus de 1%, un niveau inégalé depuis avril 2017...

L'inflation accélère aux Etats-Unis

Ce phénomène pourrait d'ailleurs perdurer ces prochaines semaines, notamment car l'inflation aux Etats-Unis, à 2,1% sur un an en janvier, au-dessus de l'objectif de la Reserve fédérale, fait craindre un rythme de hausse des taux plus élevé de la part de la FED et donc une hausse des taux d'emprunt américains, mais aussi dans une moindre mesure, allemands, anglais et français...

Pas encore de répercussions sur les taux immobiliers

En février, certaines banques ont d'ailleurs fait le choix de répercuter quasi instantanément la hausse des taux d'emprunt à 10 ans initiée fin janvier pour ne pas compresser leurs marges, en raison d'anticipations d'une hausse de leurs taux de refinancement, et du coût des ressources dont elles ont besoin pour prêter. D'autres ont, à l'inverse, à nouveau baissé leurs taux de l'ordre de 0,10%, faisant fi des craintes de remontées des taux pour continuer à proposer des conditions de crédit très compétitives... Car l'enjeu est de taille en ce début d'année : la demande de prêts immobiliers, par rapport au niveau record qu'elle avait atteint au premier trimestre 2017, est en repli de près de 30% alors que les banques ont des objectifs de production de crédit, certes en légère baisse par rapport à la production record qu'elles ont faite en 2017, mais tout de même ambitieux...

Incertitudes sur l'impact américain

La grande incertitude sur l'évolution future des taux de crédit est l'impact qu'aura la reprise de l'inflation aux Etats-Unis et les remontées successives des taux de la Fed sur notre économie... L'inflation reste plus contenue en France (1,4% en janvier) et la Banque centrale européenne devrait rester attentive à ne pas risquer de freiner la croissance en resserrant trop rapidement sa politique, jusque-là très accommodante. Si les taux d'emprunt d'Etat français sont trop impactés par les taux américains, elle pourrait poursuivre son programme de rachats d'actifs au-delà de ce qui était annoncé...

L'atout des taux fixes

A ce jour, il demeure donc des incertitudes. Mais une chose est sûre : la reprise de l'économie s'accompagnera indéniablement d'un retour de l'inflation, d'une normalisation de la politique monétaire et d'une remontée des taux. Ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle pour tout le monde : ceux qui ont emprunté à taux fixe, après avoir renégocié leur taux de crédit au moment où les taux étaient au plus bas, verront la charge de remboursement de leur crédit progressivement s'alléger... à condition que les revenus suivent bien l'inflation...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - « Dans le sillage de l'inflation, les taux de crédit pourraient remonter plus que prévu »
  • avatar
    jpeconomie -

    La finance internationale ne nous console pas du tout avec cette blague que les taux montent pour contrer l'inflation. La dette mondiale plus la dette virtuelle est à la puissance 10 que la crise de 1929. On sait que la dette est impossible à rembourser, pire même on est obligé de faire la planche à billet. L'économie ne veut plus rien dire. Consommez, achetez braves gens, essayons de ne pas tomber dans le gouffre financier à nos pieds. Celui ci s'agrandit de jour en jours ne représente absolument plus les PIB, plus aucun rapport avec le travail puisque tout est susceptible de spéculation. On va rire....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]