De nouvelles opportunités de rachat de crédit grâce à des taux au plus bas

De nouvelles opportunités de rachat de crédit grâce à des taux au plus bas©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 12 février 2021 à 15h57

Avant d'envisager un rachat de crédit, vous pouvez déjà essayer de renégocier le taux de votre emprunt avec votre banque...

Avant d'envisager un rachat de crédit, vous pouvez déjà essayer de renégocier le taux de votre emprunt avec votre banque...

Avec des taux immobiliers revenus au plus bas historique (moins de 1% sur 20 ans pour les meilleurs dossiers), les opportunités de renégocier son emprunt se multiplient et concernent actuellement les emprunteurs qui avaient contracté leur prêt avant la mi-2016 à des taux supérieurs à 2%.

« On considère qu'il faut un point d'écart (1%) entre le taux du crédit à renégocier et les taux actuels pour que l'économie générée rende l'opération intéressante compte tenu des frais engendrés qui peuvent atteindre jusqu'à 3 % du capital restant dû. Mais un écart de 0,70 point peut suffire pour les crédits récents, de plus de 300.000 € ou ayant des durées supérieures à 20 ans, d'où la nécessité d'étudier la pertinence de l'opération pour ne pas passer à côté d'une opportunité de réaliser des économies », explique Sandrine Allonier, directrice des études du courtier Vousfinancer.

Vousfinancer rappelle aussi qu'un rachat de crédit se révèle encore plus intéressant pour les emprunts de moins de 5 ans, car c'est en début de prêt que l'on rembourse le plus d'intérêts (jusqu'à 50% de la mensualité les deux premières années pour les crédits sur 20 ans a plus de 3% et même jusqu'à 60% pour les crédits sur 25 ans). C'est donc à ce moment-là qu'un rachat aura le plus d'impact sur le coût total du crédit...

Renégociation

Avant d'envisager un rachat de crédit, vous pouvez déjà essayer de renégocier le taux de votre emprunt avec votre banque. Demander à sa banque de revoir à la baisse le taux initial de son emprunt reste un exercice de négociation. Dans la pratique, la plupart des banques ne feront qu'un geste minime. Pour obtenir davantage, votre banquier vous demandera de s'engager sur le long terme, ce qui passe par exemple par la souscription d'assurances habitation ou automobile. Le fait de souscrire une assurance vie ou de réaliser un versement conséquent sur un contrat sera un argument de poids dans la négociation. Si vous n'avez pas de PEL, le fait d'en ouvrir un sera également bien vu par le banquier.

Le rôle du courtier

Mais si vous ne disposez pas de capacité d'épargne ou si votre banque se montre peu généreuse dans la négociation, vous n'aurez d'autre choix que d'aller démarcher un établissement concurrent pour faire racheter votre crédit. Dans ce cas, il est souvent plus aisé de se faire assister par un courtier qui pourra solliciter l'ensemble des banques car, même très bas, les taux varient d'une banque à l'autre selon les profils.

Ce sera également l'occasion de vérifier que le taux de votre assurance emprunteur est compétitif avec de nouvelles économies à la clé si ce n'est pas le cas. Lors d'un rachat de crédit, il est en effet possible de résilier son contrat d'assurance de prêt lors du remboursement de ce dernier.

Dans tous les cas, Vousfinancer conseille de bien préparer son dossier car la banque demandera les 3 derniers relevés de compte, 3 derniers bulletins de paie (attention au chômage partiel !) et surtout le décompte de remboursement afin de savoir combien vous devrez encore à votre banque. Ce document peut être très long à obtenir donc il faut anticiper la demande.

Diminuer la durée restante de son prêt

Vousfinancer suggère de faire le choix, si possible, de diminuer la durée restante de son prêt en conservant la même mensualité car l'économie générée sera plus importante grâce à un taux plus faible sur une durée plus courte et un amortissement du crédit plus rapide. Ceux qui ont la capacité d'augmenter leur mensualité pour raccourcir davantage la durée restante pourront même gagner encore plus. Ne pas oublier non plus qu'il faut prévoir de conserver son bien (et donc son crédit) encore au moins 2 ans car lors d'un rachat, on repart en début de prêt avec, par conséquent, un amortissement plus lent les premières années...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.