Engouement confirmé pour les maisons en région parisienne

Engouement confirmé pour les maisons en région parisienne©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 16 septembre 2020 à 17h37

Les prix hors normes dans la capitale, mais surtout les semaines de confinement, dopent ce marché.

« Ça chauffe pour les maisons ! », s'est exclamé Thierry Delesalle, notaire dans la capitale, lors de la conférence de presse de rentrée de la Chambre des notaires du Grand Paris. Après plusieurs mois de confinement, elles sont, sans surprise, davantage recherchées qu'auparavant. Et les prix s'en ressentent.

Ventes en chute libre à Paris

En Île-de-France, « la barrière du périphérique s'atténue de plus en plus, constate Marc Friedrich, notaire à Levallois-Perret. Il y a davantage d'appétence pour les appartements plus grands, si possible avec espace extérieur, et pour les maisons ». Le confinement a clairement accentué l'importance d'être bien logé. La petite et la grande couronne parisiennes profitent de cette nouvelle donne, en particulier les maisons. Entre le 1er juillet 2019 et le 30 juin 2020, les ventes de pavillons ont reculé, à cause du confinement, d'à peine 5%, contre 6% pour les appartements (Paris inclus).

« Au deuxième trimestre 2020, les secteurs les plus dynamiques avant la crise sanitaire ont fait preuve de la meilleure résistance. Le repli n'a été en grande couronne que de 4% par rapport à la moyenne des deuxièmes trimestres de ces 10 dernières années, commentent les notaires dans leur dernier rapport. A l'inverse, le marché très tendu de la capitale, où l'on manque structurellement de produits, connaît une baisse de 32% de ses volumes de ventes par rapport au deuxième trimestre 2019, supérieure au reste de la région ! ».

A demande élevé, prix élevés

La hausse des prix, tous biens confondus, s'est renforcée partout au deuxième trimestre : +8% à Paris (soit 10.690€/m² en moyenne), +7,4% en petite couronne, +5,3% en grande couronne, après de nombreuses années de stabilité pour ce secteur. « Il se passe clairement quelque chose de différent sur le marché des maisons : les prix ont augmenté de 5% sur un an , là où ils évoluent d'habitude de +0,5% seulement en moyenne », constate Thierry Delesalle. Au vu des avant-contrats en cours dans les études, cette hausse annuelle des prix pourrait même atteindre 8% en octobre, soit plus que les appartements (+7,2%), « ce qui n'est pas arrivé depuis 2007 ! », a-t-il ajouté.

Il faut désormais débourser 323.700 euros en moyenne pour s'offrir une maison en région parisienne. La petite couronne demeure évidemment plus chère (391.600€ au deuxième trimestre), mais la grande couronne est de plus en plus dynamique (+6,1% de hausse attendue sur une année glissante en octobre prochain).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.