Immobilier Pinel : Bercy ne veut pas faire de geste sur les avantages fiscaux

Immobilier Pinel : Bercy ne veut pas faire de geste sur les avantages fiscaux©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 05 juillet 2018 à 10h46

Bercy ferme la porte. Dans un entretien accordé à La Croix ce jeudi, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, se dit opposé à un aménagement du mode de restitution des avantages fiscaux des investisseurs immobiliers à partir de l'an prochain.

Débat sur la trésorerie

C'est précisément sur la trésorerie des investisseurs que porte le débat. Actuellement, les avantages fiscaux récurrents (comme celui du Pinel) sont pris en compte dans le calcul des acomptes versés au fisc (mensuels ou par tiers). Le paiement de l'impôt est ainsi lissé sur l'année.

Avec le prélèvement à la source, les ponctions mensuelles se feront en revanche sans prise en compte des réductions d'impôt. Ces dernières seront remboursées en une fois en août septembre. Comme l'ont montré nos simulations, certains investisseurs devront alors faire une avance de trésorerie au fisc jusqu'au remboursement de leurs crédits d'impôt.

Des demandes du secteur

Craignant pour l'activité du neuf, les professionnels ont demandé à Bercy de faire un geste. Ils ont par exemple suggéré d'intégrer les avantages fiscaux dans le taux de prélèvement.

L'exécutif ayant déjà écarté cette idée, ils ont aussi proposé une deuxième solution : le versement d'une partie de la réduction d'impôt dès le début d'année, comme cela est prévu pour l'emploi à domicile.

Pas d'avantages accordés aux ménages aisés

C'est cette dernière demande que Gérald Darmanin rejette aujourd'hui. « Il ne me paraît pas juste que l'Etat accorde des avantages de trésorerie à des ménages aisés qui utilisent des dispositifs d'investissement dans l'immobilier », explique-t-il.

Certes, la partie n'est pas totalement perdue pour les professionnels de l'immobilier. Mais ils devront faire preuve de persuasion s'ils souhaitent faire plier l'exécutif avant la fin de l'année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.