La détente des taux d'emprunt se confirme en juillet

La détente des taux d'emprunt se confirme en juillet©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 07 juillet 2020 à 11h05

Le retour de la concurrence entre banques favorise de meilleures offres pour les emprunteurs.

La concurrence entre banques sur le crédit immobilier semble de retour, ce qui favorise actuellement la détente des taux d'emprunt. Après une phase de remontée des taux qui a permis aux banques de rehausser leur rémunération du risque pendant la crise sanitaire, elles sont donc désormais soucieuses d'accompagner la reprise des transactions immobilières. Les établissements bancaires bénéficient aussi de conditions de refinancement encore exceptionnelles avec des taux obligataires (OAT 10 ans) à nouveau négatifs.

Du retard à rattraper

« Depuis quelques semaines, les banques maintiennent des conditions avantageuses car, après deux mois de production de crédit presque à l'arrêt, elles ont la volonté de rattraper le retard accumulé, le crédit immobilier restant pour elles le meilleur moyen de capter de nouveaux clients. A mi-année les banques n'ont plus que quelques mois pour réaliser leurs objectifs de production tout en respectant les critères du HCSF, ce qui relance la concurrence interbancaire sur le segment des beaux profils notamment », analyse le courtier Vousfinancer.

Des baisses concentrées sur les meilleurs profils

En conséquence, des baisses de taux sont observées en ce début juillet même si elles se concentrent sur les meilleurs profils d'emprunteurs. Le courtier Emprunt Direct évoque par exemple des baisses pouvant atteindre 30 points de base pour les excellents dossiers, alors qu'elles sont limitées voire inexistantes pour des emprunteurs avec un dossier moins sécurisé.

Refus de prêts

Emprunt Direct mentionne d'ailleurs des refus de prêt à destination de ménages travaillant dans les secteurs particulièrement impactés par la crise sanitaire alors qu'à contrario, les banques se concentrent désormais sur les profils dits sécurisés, comme les très hauts revenus et la fonction publique.

Cafpi observe de son côté une forte hausse des barèmes affichés par les banques sur 25 ans, alors qu'ils baissent sur 20 ans. « Cette dynamique permet aux banques d'attirer les meilleurs clients, en capacité d'emprunter sur de plus courtes durées et avec un meilleur apport. L'objectif étant de respecter au maximum les contraintes imposées par le Haut Conseil de Stabilité Financière », commente le directeur général adjoint de Cafpi, Philippe Taboret.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.