La France compte 8,4% de logements vacants

La France compte 8,4% de logements vacants©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 07 décembre 2017 à 13h05

2,88 millions. C'est le nombre de logements vacants recensés par l'Insee début 2017. Ainsi, 8,4% du parc actuel n'est pas occupé, soit environ un logement sur douze. La proportion apparaît élevée, mais ce qui retient surtout l'attention à la lecture de ces chiffres c'est la trajectoire des dernières années.

De 6,9% à 8,4% en huit ans

La part de logements vacants n'a cessé de progressé depuis 10 ans. Elle était par exemple de 8% en 2012 et de seulement 6,9% en 2009. Les données de l'Insee confirment d'ailleurs que le nombre de logements vacants a explosé depuis 2007. De 2007 à 2012, il a progressé de plus de 4% par an en moyenne, contre un peu plus de 1% pour le parc dans son ensemble. Et de 2012 à 2017, la hausse a été de 3% par an (moins de 1% pour l'ensemble des logements).

Faut-il y voir la conséquence, comme l'affirment certains, d'une rétention volontaire notamment en raison d'une fiscalité trop pénalisante ? Au vu de ces chiffres (et de leur évolution dans le temps), le phénomène semble surtout devoir être relié à la crise. D'autant plus si l'on se penche sur les données détaillées.

Les villes de moins de 100.000 habitants en tête

De fait, la fiscalité a principalement été alourdie en 2013. Mais le taux de vacance a commencé à progresser bien avant. De surcroît, c'est à Paris (où les rendements locatifs sont faibles) que le poids de la fiscalité est particulièrement sensible. Or, le taux de vacance est plus faible dans l'aire urbaine parisienne (6,1%) qu'en province (8,65%).

Ce sont notamment les villes petites et moyennes qui accusent un fort taux de logements vacants. Il est de 9,2% dans les zones de moins de 100.000 habitants et même de 12,5% (soit un logement sur huit) si on ne regarde que l'habitat collectif. Là encore, on peut supposer que la crise a laissé des séquelles.

Une aide à la mise en location

Afin de lutter contre la vacance, un dispositif a été mis en place au printemps dernier. Baptisé « louer abordable », il offre un abattement fiscal de 15% à 85% sur les loyers perçus en cas de remise en location d'un logement inoccupé. L'allègement dépend de la zone où est situé le bien du niveau de loyer pratiqué.

 
5 commentaires - La France compte 8,4% de logements vacants
  • avatar
    Azolette -

    On peut comprendre les propriétaires qui se retrouvent avec des loyers impayés et des logements dégradés. quand l'expulsion à eu lieu, ce qui demande beaucoup de temps et d'argent, ils n'ont plus qu'à débourser 20 ou 30000 euros pour remettre leurs biens en état.

  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    Les Républicains : Bertrand estime qu'"il aurait pu gagner" face à Wauquiez
    Statut : refusé
    Il y a 17 minutes
    le 08 12 2017 à 10 16


    Moi j'aime bien M. Bertrand tant son expression donne le fond de sa pensée. Sa coiffure soyeuse, à elle seule, donne le sens de ses idées : fuyant. Identique à son sourire béat que semble supporter difficilement, malgré tous leurs efforts, les doubles et triples mentons qui vont pourtant rechercher le renfort de la base du cou.
    Il est toujours brillant dans ses déclarations comme peut l'être la trace laissée par une limace quand elle se fait sa salade. Il a ce comportement typique du cloporte habitué à vivre en sous sol quand il pratique ses rituels francs de maçons en construisant son domaine de vie autour de ses propres crottes. Ses neurones miroir fondent donc par mimétisme un environnement glauque, cafardeux, sordide, suintant et dégoulinant de suffisance.

  • avatar
    vivarais -

    on offre 15 à 85% d'abattement sur les loyers payés
    mais que fait on pour les loyers impayés
    comment les compense t on
    car c'est là la cause principale de l'augmentation des logements vacants
    les propriétaires grugés ne louent plus car cela leur coute moins cher de payer la taxe logement vide que les procédures d'expulsion pour loyers impayés

    avatar
    victor50 -

    il est certes préférable de laisser des milliers de SDF mourir de froid dans la rue que de louer des habitations vides a petit prix, habitations qui de toutes façon vont perdre beaucoup de valeur en étant inoccupés et donc mal entretenues (chauffage etc....)

  • avatar
    CblHWMkOX -

    Des chiffres bruts ne veulent pas dire grand chose. L'article ne précise malheureusement pas à qui appartiennent ces logements (fonds de placements immobiliers, investisseurs publics ou semi publics, petits propriétaires, etc..)

  • avatar
    olivier95 -

    avant ou apres avoir installer les migrants aux frais des contribuables !

    avatar
    kuzeol -

    Les réfugiés sont des consommateurs qui font tourner l'économie, l'Allemagne qui en a accueilli 10 fois plus que nous sans problème de logement, a son économie qui va 2 fois mieux, et les salaires augmentent 2 fois plus vite qu'en France....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]