La RE2020 ne devrait finalement entrer en vigueur qu'à l'été 2021

La RE2020 ne devrait finalement entrer en vigueur qu'à l'été 2021©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 11 mai 2020 à 17h05

La difficulté de la mise en place de cette nouvelle réglementation réside bien sûr dans la capacité à parvenir à ces résultats sans trop augmenter les coûts de production et donc le prix final des logements...

Prévue initialement à la mi-2020 puis pour le début 2021, la prochaine réglementation environnementale RE2020 qui va succéder à la RT 2012 pour la construction de logements neufs ne devrait finalement entrer en vigueur qu'à l'été 2021.

Textes réglementaires fin 2020

Le ministère du logement a annoncé ce nouveau décalage pour tenir compte de l'impact de la situation sanitaire : les concertations se poursuivront pendant l'été pour permettre à tous les acteurs concernés d'y prendre part et la publication des textes réglementaires (décrets et arrêté) interviendrait fin 2020 ou au plus tard au tout début de l'année 2021. Les professionnels du bâtiment auraient ensuite quelques mois pour s'approprier ces nouvelles règles. D'ici là, les choix des indicateurs et niveaux de performance devraient connus avant cet été et permettre de lancer un label facultatif permettant de préfigurer les bâtiments exemplaires de demain.

Confort d'été et qualité de l'air intérieur

Dans la continuité de l'expérimentation E+C- qui préfigure cette nouvelle réglementation depuis 2017, le but reste bien sûr de lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment, y compris lors de sa construction, tout en diminuant les consommations énergétiques et en conservant mieux la fraîcheur dans les bâtiments lors des vagues de chaleur. Crise sanitaire oblige, la qualité de l'air intérieur des logements devrait bénéficier d'une attention particulière.

Des surcoûts à ne pas négliger

La difficulté de la mise en place de cette nouvelle réglementation réside bien sûr dans la capacité à parvenir à ces résultats sans trop augmenter les coûts de production et donc le prix final des logements pour les futurs propriétaires. Les expérimentations menées par les adhérents de l'union des constructeurs, promoteurs et aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB) ont montré qu'il est possible de construire des maisons ou des appartements à énergie positive et à faible emprunte carbone avec des surcoûts de 5% à 10%, appelés à diminuer en phase d'industrialisation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.