Le Prêt à taux zéro (PTZ) en zones B2 et C devrait finalement être maintenu

Le Prêt à taux zéro (PTZ) en zones B2 et C devrait finalement être maintenu©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 18 novembre 2019 à 10h53

Plusieurs amendements ont été adoptés vendredi 15 novembre pour maintenir le PTZ dans le neuf dans les zones B2 et C jusqu'à la fin 2021.

Nouveau rebondissement pour le Prêt à taux zéro (PTZ) réservé aux primo-accédants. Après un rapport condamnant l'efficacité de ce dispositif dans le cadre de l'achat d'un logement neuf et des débats difficiles lors de l'examen du projet de loi de finances pour 2020 par l'assemblée nationale, plusieurs amendements ont finalement été adoptés vendredi 15 novembre pour maintenir le PTZ dans le neuf dans les zones B2 et C jusqu'à la fin 2021.

Une aide qui a fait ses preuves et qui est devenue peu coûteuse pour le budget

Le PLF 2020 envisageait en effet de ne pas renouveler cette aide à une première acquisition de logement neuf l'an prochain sur l'ensemble du territoire en la limitant aux zones A et B1. Une décision qui ne faisait pas l'unanimité jusque dans les rangs de la majorité puisque parmi les opposants de tous bords à cette décision figure aussi le député LREM Mickaël Nogal, dont l'amendement en faveur du maintien du PTZ a été adopté. Le parti Les Républicains est à l'origine de plusieurs autres amendements adoptés, Eric Woerth ayant notamment suggéré de maintenir le dispositif tel qu'il est « surtout parce qu'il coûte moins cher ». Plus le différentiel entre les taux bancaires et le taux zéro est faible comme aujourd'hui, moins le PTZ est en effet coûteux pour le budget.

Un engagement de Julien Denormandie

La députée LR Véronique Louwagie n'a pas manqué non plus de rappeler l'engagement qu'avait pris un an auparavant lors des débats sur le PLF 2019 le ministre en charge du logement, Julien Denormandie, d'étudier la suite du dispositif pour trouver le moyen de favoriser la construction neuve dans les zones les plus rurales.

Prochaine étape devant le Sénat

Le président de l'union des constructeurs, promoteurs et aménageurs de la Fédération Française du Bâtiment (LCA-FFB), Grégory Monod, se félicite bien sûr que les multiples arguments développés depuis de nombreuses semaines pour maintenir ce dispositif essentiel aient été entendus. « L'adoption de cet amendement est une excellente nouvelle pour le parcours résidentiel de milliers de familles modestes aspirant à la propriété, pour la cohésion des territoires et pour l'activité économique de toute une filière », souligne-t-il. La suite des débats paraît en effet bien engagée puisque le PLF 2020 sera maintenant examiné par le Sénat, à majorité de droite, à partir de ce mercredi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.