Les prix de l'immobilier parisien semblent cette fois faire une pause !

Les prix de l'immobilier parisien semblent cette fois faire une pause ! ©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 30 juillet 2020 à 11h21

Les notaires parlent d'un « phénomène nouveau » alors que la tendance haussière des prix se prolonge et semble même s'accentuer dans le reste de l'Ile-de-France...

Les dernières statistiques de la chambre des notaires du Grand Paris montrent pour la première fois depuis de longs mois une pause dans la hausse des prix de l'immobilier parisien. D'après les données issues des promesses de ventes (avant-contrats) enregistrées par les notaires d'avril à juin, le prix moyen au m² à Paris resterait compris entre 10.700 € et 10.800 €, un niveau comparable à celui du mois dernier. Les notaires parlent d'ailleurs d'un « phénomène nouveau » alors que la tendance haussière des prix se prolonge et semble même s'accentuer dans le reste de l'Ile-de-France en restant plus prononcée pour les appartements que pour les maisons.

La Petite Couronne accélère

Pour Paris, la hausse annuelle des prix se trouverait ramenée à +6,2% en un an contre +8,2% deux mois auparavant. Mais pour les appartements de l'ensemble de l'Ile-de-France, la progression serait désormais de +7,4% à 6.730 € le m². Toujours sur la base des promesses de ventes, les prix des appartements bondiraient même d'environ +10% sur un an dans les Hauts-de-Seine à 6.610 € le m². Dans le Val-de-Marne, la hausse approcherait +12% à 5.140 € le m² et la Seine-Saint-Denis dépasserait les 4.000 € le m² (+10%).

Inertie du marché

Ces estimations restent cependant fragiles car elles portent sur une période de même pas deux mois de reprise de l'activité immobilière post confinement (mai et juin). Au niveau des volumes de transactions (actes de ventes) observés depuis la fin du confinement, les notaires confirment un rebond qui ramène l'activité immobilière en Ile-de-France proche de son niveau de 2019. Mais la chambre des notaires souligne que cette reprise reste alimentée par des ventes en attente de régularisation et qu'il faudra encore plusieurs mois pour connaître les tendances de plus long terme du marché. Il est aussi normal que les prix restent pour l'instant en nette hausse sur un an alors que l'inertie du marché immobilier fait que l'impact de la baisse des volumes n'est jamais immédiat sur les prix. Ce n'est donc qu'à partir de la rentrée qu'on devrait voir se dessiner une tendance plus lisible...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.