Les taux de crédit immobilier demeurent stables en avril

Les taux de crédit immobilier demeurent stables en avril©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 avril 2021 à 13h30

Les taux d'emprunt immobilier restent similaires au mois dernier, en dépit de quelques variations relevées chez certains établissements.

Les taux d'emprunt immobilier restent similaires au mois dernier, en dépit de quelques variations relevées chez certains établissements.

En dépit de la remontée des taux obligataires, les courtiers ne notent pas de variation significative des taux de crédit immobilier au mois d'avril : les barèmes des établissements bancaires se situent toujours à des planchers historiques.

Chez Vousfinancer, les taux moyens restent stables à 1,05% sur quinze ans, 1,25% sur 20 ans et 1,45% sur 25 ans, les meilleurs profils pouvant obtenir 0,55% sur 15 ans, 0,8% sur 20 ans et 1% sur 25 ans. Emprunt-Direct rapporte pour sa part des taux légèrement supérieurs à 1,25%, 1,35% et 1,45% sur ces mêmes durées respectives, tandis que la société Le Partenaire relève a contrario des moyennes plus basses à 0,88%, 0,99% et 1,2%.

Variations

La stabilité est globalement de mise, notent les courtiers, même si des écarts apparaissent selon les banques et les profils d'emprunteurs. Vousfinancer enregistre par exemple des variations à la hausse de +0,05% à +0,1% chez certains établissements, et à la baisse de -0,05 à -0,35% chez d'autres.

Pour le spécialiste, ces écarts sont le signe « que chaque banque mène sa propre stratégie en fonction de ses objectifs de production de crédit, avec certains établissements qui remontent légèrement leurs taux pour reconstituer leurs marges quand d'autres au contraire les baissent pour capter davantage de clients et élargir leur cible, même si elles restent toutes très vigilantes sur les profils d'emprunteurs qu'elles financent » analyse Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer.

Objectifs commerciaux vs. maîtrise des risques

Car si les tensions observées sur le marché obligataire n'ont pas entraîné un relèvement général des barèmes, ces mouvements haussiers semblent en revanche avoir influé sur les politiques de crédit des établissements, relève Emprunt Direct.

Conséquence pour les porteurs de projets immobiliers : l'écart des tarifs pratiqués entre les différents profils d'emprunteurs devrait se creuser, prévient Emprunt Direct. « les banques ne répliquent pas totalement les hausses de rendement obligataire les banques se montrent ainsi plus sourcilleuses sur certains dossiers qu'elles jugent plus risqués », note le courtier.

Leurs objectifs annuels de crédit restant élevés, les banques devraient donc continuer à dérouler le tapis rouge aux meilleurs profils et tenter de capter les primo-accédants. Mais la prudence étant de mise, d'autres profils seront au contraire pénalisés, comme les personnes au chômage partiel par exemple.

Profils pénalisés

D'après une enquête menée au sein de son propre réseau, Vousfinancer note que si près de 60 % de ses 200 agences parviennent à financer des emprunteurs au chômage partiel, ces financements se font le plus souvent sous conditions. « D'ailleurs, 30 % y arrivent uniquement lorsque la période de chômage partiel est terminée et 10 % n'ont actuellement pas de solution pour ces emprunteurs auprès de leurs partenaires bancaires », précise la société de courtage.

La récente baisse des taux d'usure devrait aussi désavantager les ménages aux revenus modestes, ainsi que les seniors et ceux présentant un risque de santé particulier, leur taux d'emprunt dépassant fréquemment le seuil autorisé en raison d'une assurance emprunteur coûteuse.

Beaucoup de candidats à l'achat doivent donc s'attendre à se voir proposer des taux moins attractifs que les moyennes affichées, et surtout à batailler pour obtenir ces prêts...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.