Les taux des emprunts immobiliers se stabilisent à bas niveau

Les taux des emprunts immobiliers se stabilisent à bas niveau©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 06 octobre 2020 à 11h23

En moyenne, on emprunte actuellement autour de 1,15% sur 15 ans, entre 1,30% et 1,40% sur 20 ans et autour de 1,60% sur 25 ans.

La stabilité des taux d'emprunt immobilier se poursuit en octobre, dans le sillage des mois d'août et septembre où peu de changements de barèmes étaient observés. Le réseau de courtage en crédits immobiliers Vousfinancer signale même quelques légères baisses de taux en octobre et ne constate aucune hausse.

En moyenne, on emprunte actuellement autour de 1,15% sur 15 ans, entre 1,30% et 1,40% sur 20 ans et autour de 1,60% sur 25 ans. Mais les banques privilégient toujours les meilleurs profils avec des revenus élevés, un apport personnel conséquent et une situation professionnelle épargnée par la crise sanitaire. Pour eux, il est possible de descendre à moins de 1% sur 20 ans et autour de 1,2% sur 25 ans.

Un marché à deux vitesses

« On est actuellement dans un marché à deux vitesses, où ceux qui peuvent emprunter, car ils ont un apport et un taux d'endettement inférieur à 33%, bénéficient de taux très bas, quand les autres, ceux qui ne correspondent pas à ces critères ou sont considérés comme des profils à risque, voient leur crédit refusé », résume Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

« Les bons profils bénéficient de bonnes décotes par rapport aux taux affichés. Les moins bons profils continuent d'être limités dans leurs projets d'accès à la propriété, avec pour cause principale une exclusion à l'accès au crédit par les critères du HCSF », constate de la même manière Philippe Taboret, Directeur général adjoint du réseau de courtage CAFPI.

Espoirs d'amélioration des aides à l'accession à la propriété

CAFPI s'attend à ce que la baisse de la demande immobilière causée par la crise sanitaire, ajoutée aux critères restrictifs du HCSF, se poursuive sur le dernier trimestre de l'année mais veut croire à une reprise en 2021, notamment grâce à une amélioration des aides à l'accession à la propriété comme le PTZ qui pourrait être proposée dans le cadre des débats à venir du projet de loi de finances pour 2021.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.