Les taxes foncières ont augmenté quatre fois plus vite que l'inflation depuis 2011

Les taxes foncières ont augmenté quatre fois plus vite que l'inflation depuis 2011©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 12 octobre 2017 à 15h29

« Si cette dérive continue, les propriétaires occupants seront asphyxiés et les propriétaires bailleurs ne tireront plus aucune rentabilité de leurs locations ». L'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) vient de taper du poing sur la table, jugeant même l'avenir de la propriété « en péril ». La raison ? La hausse continue de la taxe foncière.

D'après la 11ème édition de l'observatoire qu'elle réalise chaque année à l'échelon national, la fédération de propriétaire estime en effet que les taxes foncières ont augmenté en moyenne de 14% entre 2011 et 2016.

A titre de comparaison, l'inflation cumulée a tout juste dépassé les 3% sur la même période. Quant aux loyers, ils n'ont progressé que de 3,76%. De quoi inquiéter les propriétaires sur l'évolution de la rentabilité locative.

La conjonction de deux phénomènes

La hausse des taxes foncières a deux origines. D'un côté, les départements et les communes ont eu tendance a augmenté les taux appliqués. Selon nos calculs établis à partir des données de l'UNPI, les taux moyens sont passés de 35,5% à 38% en 5 ans.

En parallèle, les bases d'imposition ont fait un bond en avant. Entre 2011 et 2016, elles ont progressé de 6,56%. L'UNPI ne manque d'ailleurs pas de rappeler que ce chiffre dépasse largement l'inflation (3,03%)... alors qu'en théorie les valeurs locatives étaient censées suivre l'inflation.

Cela tient à un détail technique. Ces dernières années, les valeurs locatives ont été réévaluées sur la base de l'inflation prévue pour l'année à venir. Or, l'inflation réellement constatée a posteriori a régulièrement été inférieure aux prévisions. Autrement dit, les valeurs locatives ont été beaucoup trop augmentées.

Des signes d'amélioration

L'UNPI entrevoit tout de même une éclaircie. Elle note que les collectivités ont fait preuve de modération en 2017 avec une hausse moyenne des taxes foncières de 0,97% après 3,78% en 2016.

Il faut dire que les parlementaires ont pris conscience du préjudice causé par les revalorisations excessives des bases locatives. Ainsi, à titre de compromis, ils ont décidé de ne relever « que » de 0,4% les valeurs locatives pour 2017, soit moins que l'inflation.

Il faut enfin rappeler qu'à l'avenir le système de revalorisation promet d'être plus cohérent. En effet, à partir de 2018, les valeurs locatives ne seront plus ajustées en fonction de l'inflation prévue. Elles seront réévaluées sur la base de l'inflation passée.

L'UNPI espère en tout cas que les changements à venir et les bons résultats relatifs de 2017 « signifient la fin du dérapage de la taxe foncière ».

 
550 commentaires - Les taxes foncières ont augmenté quatre fois plus vite que l'inflation depuis 2011
  • avatar
    verite06 -

    elle represente ,,,,,en euros,,,trois fois plus qu'en ALLEMAGNE,,,,,,,,,,nos hôpitaux sont neufs,,,,tout est neuf en France,,,,,,,,,,depensons le peuple paye !!

  • avatar
    manuscrit -

    L'Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) vient de taper du poing sur la table, jugeant même l'avenir de la propriété « en péril ». La raison ? La hausse continue de la taxe foncière.
    C'est vrai que, un propriétaire occupant sa maison va bientôt payé un petit loyer + les frais d'entretien de la maison (peintures et autres... Mieux vaut vendre et être locataire !

  • avatar
    PJS -

    Personne ne parle des frais de bouche! Des frais de réception car ces gens la ne mangent pas dans les restos ouvriers, mais se gavent de petits fours et autres friandises toute l'année.
    Tout cela est loin d'être gratuit.

  • avatar
    Guy93 -

    Je suis effaré de voir le nombre de réflexions naïves, voire puériles, que l’on peut trouver dans les commentaires, genre « y avait qu’à pas voter pour untel » ou au contraire « y avait qu’à voter pour… » et tout se serait arrangé comme par enchantement ; comme si les choses étaient aussi simples dans la situation complexe que connait notre pays (ainsi que les autres, d’ailleurs).

    avatar
    manuscrit -

    c'est vrai que voter revient à dire que l'on se condamne tout seul car ces messieurs n'ont aucun sens de l'effort qu'un ouvrier lambda doit faire pour joindre les deux bouts même en étant propriétaire et s'être passé de bien des plaisirs pour pouvoir acquérir un bien

  • avatar
    jiemme21 -

    Il faut se rappeler que les dotations d'état aux collectivités ont baissé. Or si vous voulez que les municipalités fassent des choses, entretien des écoles, réfection des trottoirs, du toit de l'église - c'est dans ses attributions- etc. il faut qu'ils trouvent des revenus. Or comme, par démagogie on veut supprimer les taxes d'habitation, on va récupérer le manque à gagner sur les propriétaires.
    On dit que Macron est le président des riches, mais ce sont ceux qui possèdent un patrimoine, grand ou petit, qui vont payer.

    avatar
    manuscrit -

    Macron est surtout le président de ses intérêts et de ceux qui ont participé à son élection

    avatar
    verite06 -

    la taxe d'habitation n'existe pas en Italie,,,au royaume unie,,,etc,,,,,,,,,,et ses pays vivent normalement,,,,,,

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]