Logement collectif : la faiblesse de l’offre entretient la hausse des prix

Logement collectif : la faiblesse de l’offre entretient la hausse des prix©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 26 mai 2021 à 16h56

Avec la forte contraction des permis de construire accordés, trop peu de programmes peuvent être lancés et l’offre commerciale poursuit sa contraction à des niveaux historiquement bas.

Avec la forte contraction des permis de construire accordés, trop peu de programmes peuvent être lancés et l’offre commerciale poursuit sa contraction à des niveaux historiquement bas.

Le logement neuf peine à repartir. Après une très mauvaise année 2020, les ventes de logements collectifs neufs des trois premiers mois de 2021 affichent une hausse de +12,8% par rapport à un premier trimestre 2020 particulièrement faible selon la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI). L’organisation professionnelle constate que cette inflexion profite surtout d’une forte dynamique des ventes en bloc aux institutionnels (+57,1%), qui contraste avec la faiblesse du rebond des ventes aux particuliers (+6,9%), notamment l’accession à la propriété. Près de la moitié des ventes au détail de logements ordinaires (48%) restent à destination des investisseurs particuliers via le dispositif Pinel sur ce premier trimestre 2021.

Une offre commerciale au plus bas

« Les promoteurs vendent moins de logements non pas parce que les clients leur font défaut, mais parce qu’ils peinent à en produire, faute de permis de construire et de foncier », rappelle la FPI. Avec la forte contraction des permis de construire accordés sur un an, trop peu de programmes peuvent en effet être lancés et l’offre commerciale poursuit sa contraction à des niveaux historiquement bas. Cette faiblesse de l’offre face à une demande toujours présente entretient la hausse des prix. Sur un an, la FPI constate une progression des prix de vente moyens en régions de +4,1% à 4.274 €/m². Ces hausses concernent une large majorité de métropoles mais gagnent aussi les villes moyennes.

Et cela n’est pas prêt de s’améliorer car si les permis repartent pour les maisons individuelles, dans le collectif, les collectivités locales ont délivré au T1 2021 15,2% de permis de construire de moins qu’au T1 2020 (pourtant affecté par le premier confinement). Sur 12 mois glissants, la FPI comptabilise un déficit de près d’un quart de permis...

Permis de construire et libération du foncier

Conscient de ce problème, le gouvernement a récemment reconnu que les projets de construction de logements collectifs sont de moins en moins bien acceptés par les riverains ou les élus et que les projets autorisés présentent souvent une constructibilité inférieure à celle autorisée par les PLU. Une commission composée d’élus et de professionnels, présidée par le Maire de Dijon François Rebsamen, a désormais pour objectif de lever les freins à la construction de logements au niveau de la délivrance des permis de construire et de la libération du foncier. Les conclusions de cette commission sont attendues en septembre.

A cela s’ajoute les difficultés d’approvisionnement en matériels (équipements techniques dotés de puces électroniques ou de composantes en silicium) et en matériaux (acier, cuivre, bois de construction, plastiques...) qui connaissent de fortes hausses de prix. Il s’agit d’un nouveau facteur de hausse de prix des logements neufs, pour l’instant relativement compensée par des conditions d’emprunt toujours optimales avec des taux au plancher. Mais jusqu’à quand ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.