Logement neuf : la Fédération des promoteurs immobiliers espère un coup de pouce fiscal !

Logement neuf : la Fédération des promoteurs immobiliers espère un coup de pouce fiscal !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 mars 2021 à 16h27

En 2020, les promoteurs ont vendu près de 40.000 logements de moins qu'en 2019.

En 2020, les promoteurs ont vendu près de 40.000 logements de moins qu'en 2019.

« Violente, structurelle et durable », c'est ainsi que qualifie Alexandra François-Cuxac, Présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), la crise actuelle du logement collectif neuf. En 2020, les promoteurs ont vendu près de 40.000 logements de moins qu'en 2019, ce qui représente une contraction du marché de 23%, et même d'un tiers pour les seules ventes aux particuliers. Il faut revenir 5 ans en arrière pour trouver un niveau aussi faible d'environ 128.000 logements collectifs neufs.

Une crise d'offre

« C'est une crise de l'offre plus que de la demande », souligne Alexandra François-Cuxac : les mises en vente par les promoteurs ont en effet baissé d'un tiers en un an. Sur le terrain, les maîtres d'œuvre rencontrent des difficultés à trouver des projets face à une demande toujours présente d'acquéreurs bénéficiant de conditions d'emprunt très favorables avec des taux très bas. En observant les seules ventes aux particuliers, on remarque une stabilité de la proportion entre investissement locatif et accession qui tourne toujours autour de 50%, ce qui souligne l'importance du dispositif Pinel.

Le pire à venir ?

Ce qui inquiète surtout les promoteurs, c'est qu'ils ne voient pour l'instant pas de rebond se dessiner. Globalement, le nombre de permis de construire accordés a chuté de plus de 20% en 2020 avec comme résultat davantage de mises en chantier que de permis. Or ce déséquilibre annonce une baisse des mises en chantier en 2021 et 2022. Pour Alexandra François-Cuxac, ce n'est d'ailleurs pas la crise sanitaire qui est seule en cause mais plutôt les freins à la construction.

« Au niveau national, l'Etat multiplie les contraintes réglementaires et les facteurs de surcoûts, et pousse à la rénovation ; au niveau local, beaucoup de collectivités locales ne veulent plus délivrer de permis de construire (leur nombre a baissé d'un quart en trois ans) », résume la FPI.

Coup de pouce espéré

Concernant les surcoûts, Alexandra François-Cuxac craint que le logement neuf devienne élitiste avec l'arrivée de la prochaine réglementation RE2020 à partir de 2022. « Faire du logement performant écologiquement, nous savons faire mais cela coûte cher », souligne-t-elle. « Car le modèle de logement neuf dont les français ont vraiment besoin et envie est qualitatif, durable et surtout abordable ! ».

Pour concilier ces trois éléments, il faudrait, selon elle, soit que les promoteurs bénéficient de terrains à des prix plus abordables ou que le gouvernement accorde de nouvelles aides au logement neuf, pour l'instant un des secteurs oubliés du plan de relance. C'est d'ailleurs sur le thème d'un éventuel coup de pouce fiscal que Pascal Boulanger, Vice-Président de la FPI, nourrit des espoirs de relance d'un marché du neuf qui n'a pas encore touché le fond, ce qui finira sûrement par faire réagir les pouvoirs publics...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.