Dossier

Les conséquences du reconfinement pour vos projets immobiliers

7. Plusieurs possibilités pour alléger le remboursement de son prêt immobilier pendant le confinement

Plusieurs possibilités pour alléger le remboursement de son prêt immobilier pendant le confinement©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 03 novembre 2020 à 17h04

Report d'échéance et modulations d'échéances peuvent être demandées aux banques.

Avec ce nouveau confinement, la peur de ne plus pouvoir rembourser son emprunt immobilier risque de revenir. Que ce soit en raison d'une perte de revenus liée au chômage partiel ou à la fermeture de sa société ou activité pour les indépendants, artisans et commerçants, il est possible de demander un report ou une suspension des échéances auprès des banques.

Le courtier en prêts immobiliers Vousfinancer rappelle en effet que certains établissements prévoient dans les offres de prêt une option permettant de suspendre ses échéances au bout de 24 mois d'ancienneté du crédit, pour une durée de 1 à 12 mois, en une ou plusieurs fois. L'assurance de prêt, elle, continue par contre à être versée mensuellement.

Une option négociable

« Seule la moitié des banques propose l'option report d'échéance. Mais même si ce n'est pas le cas, certaines banques peuvent tout de même accepter une suspension temporaire dans le contexte actuel, et ce même si vous l'avez déjà fait au printemps dernier, car leur objectif est d'assurer la continuité du remboursement du crédit. Durant le premier confinement, certaines banques avaient même assoupli leurs conditions pour accompagner au mieux leurs clients en autorisant le report dès 12 mois d'ancienneté du crédit par exemple », précise Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Attention au surcoût

Attention, la suspension d'échéance a l'avantage de soulager sa trésorerie à court terme mais cela a un coût car le report génère des intérêts supplémentaires. Exemple : avec un prêt de 200.000 € à 1,5 % sur 20 ans souscrit il y a 2 ans, suspendre la mensualité de 965 € pendant 3 mois allonge la durée totale du prêt de 4 mois avec un surcoût d'environ 900 €.

Modulation d'échéances

Si vous n'avez pas besoin de suspendre le remboursement, une autre solution plus souple est à privilégier : la modulation d'échéances. La plupart des emprunts immobiliers proposés par les banques sont en effet modulables, c'est-à-dire que l'emprunteur a la possibilité de demander, sans frais, une baisse ou une hausse de ses mensualités de remboursement. Attention, cette possibilité est encadrée par des limites à la baisse (ou à la hausse). Enfin, une baisse des mensualités aura aussi pour conséquences de rallonger la durée du crédit et donc d'augmenter son coût global.

Des limites à respecter

Il est en général possible de diminuer ses mensualités entre 10% et 30% maximum en fonction des banques, dès lors qu'on justifie déjà de 2 années de remboursement. Ces conditions figurent dans l'offre de prêt. La baisse des mensualités ne doit pas générer un allongement de la durée du prêt supérieur à 2 ans. Pour activer la modulation de son prêt, un simple courrier mentionnant la nouvelle échéance souhaitée suffit. Vous devrez ensuite accepter la proposition de la banque qui vous fera parvenir un nouvel échéancier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.