Toujours pas de remontée des taux immobiliers en vue à court terme

Toujours pas de remontée des taux immobiliers en vue à court terme©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 juillet 2018 à 16h26

Le dernier observatoire Crédit Logement-CSA confirme des conditions d'emprunt toujours exceptionnelles dans l'immobilier avec des taux moyens qui se rapprochent des plus bas de la fin 2016 : 1,42% actuellement à comparer à 1,33% en décembre 2016. Il s'agit ici du taux moyen toutes durées confondues pour les prêts accordés dans le neuf, l'ancien et les travaux.

Les taux sont particulièrement attractifs sur les durées longues qui représentent une bonne partie de la production : les prêts à 25 ans et + représentaient 38% de la production en juin 2018 et ceux à 20 ans et + plus des deux tiers. Le taux moyen sur 25 ans continue de diminuer à 1,67% avec même des offres à 1,41% pour les meilleurs profils.

Assouplissement des conditions d'octroi

Crédit Logement mentionne aussi un assouplissement des conditions d'octroi des crédits en faveur des ménages modestes avec notamment des exigences moindres des banques en matière d'apport personnel. Dans le neuf par exemple, la part des accédants modestes (moins de 3 SMIC) se relève fortement cette année à plus de 40%.

Pas de réelle remontée en vue

Crédit Logement pense toujours que les taux moyens des emprunts immobiliers ne devraient guère remonter cette année pour se situer fin 2018 entre 1,50% et 1,55% au maximum. Par rapport à 1,42% actuellement, la hausse serait donc de 0,08 à 0,13 point seulement d'ici la fin d'année.

Production en baisse

Tout cela n'empêche pas la production de crédits immobiliers, mesurée au niveau des offres acceptées (hors rachats de créances), de se dégrader avec -13,1% au premier semestre en glissement annuel (-8% pour le neuf, -14,6% pour l'ancien et -20,4% pour les travaux). Crédit Logement anticipe ainsi une production de crédits de 157,5 milliards d'euros cette année, en recul de 10,2% par rapport à 175,4 milliards en 2017. Un contexte qui explique aussi pourquoi les banques sont en retard sur leurs objectifs commerciaux, ce qui les pousse à maintenir des taux bas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.