Une année immobilière 2018 dans la continuité de 2017 ?

Une année immobilière 2018 dans la continuité de 2017 ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 janvier 2018 à 10h24

Le spécialiste des prix immobiliers MeilleursAgents.com prévoit cette année une poursuite de l'activité immobilière à un niveau élevé,  avec l'arrivée progressive de nouveaux acheteurs tels que des expatriés, des étrangers mais aussi certains chômeurs de retour à l'emploi.  Après les records de transactions dans l'immobilier existant observés en 2017, MeilleursAgents table sur une certaine  continuité en 2018 avec des hausses de prix moyen d'environ +2% sur l'ensemble du territoire et toujours des disparités régionales en fonction de l'attractivité des territoires. Cette fluidité du marché immobilier serait assurée par une relative stabilité des taux d'emprunt qui se maintiendraient en-dessous de 2% pour la moyenne sur 20 ans.

Les zones rurales ne se relèvent pas

Sur 2017, le bilan des estimations de prix réalisées par MeilleursAgents fait apparaître une augmentation moyenne de 2% en France avec un fort contraste entre Paris et la plupart des grandes villes de France qui connaissent une hausse relativement importante de leurs prix (+5% en moyenne) alors que les 30 000 communes des zones rurales voient leurs prix stagner. «Ces zones ne se sont jamais remises de la crise de 2008, les prix y sont plus faibles de -14% par rapport à 2008. Et encore ces chiffres ne concernent que les biens qui se vendent : il est courant d'observer des biens sur ces marchés qui mettent plusieurs années à trouver un acquéreur», commente Sébastien de Lafond, Président et fondateur de MeilleursAgents.com.

Bordeaux plus cher que Lyon

En zones urbaines, le cas de Bordeaux est à mettre à part  avec une flambée des prix évaluée à +16,5%. Les prix bordelais calculés par MeilleursAgents  (3 700€/m² en moyenne) ont ainsi dépassé fin 2017 le niveau de Lyon (3 600€/m²).

Certaines villes ont connu des augmentations soutenues comprises entre +4% et +8% : c'est le cas de  Paris (+5,8%), Nantes (+5,5%), Lyon (+7,7%) et Toulouse (+4,2%) dont l'attractivité ne se dément pas. Même Nice (+5,8%), déjà ville en région la plus chère de France retrouve un dynamisme en fin d'année avec un beau rattrapage au second semestre en partie dû au retour des investisseurs. Troisième groupe : les villes comme Marseille (+0,1%), Strasbourg (+1,7%), Montpellier (-1,9%) ou Lille (-0,2%) sont restées à la traîne et n'ont pas bénéficié de la conjoncture.

a savoir

En terme de pouvoir d'achat immobilier (en fonction des prix et des revenus locaux), MeilleursAgents souligne que Marseille est en ce début 2018 la ville championne. Alors qu'en 2011, un ménage moyen pouvait acheter 37 m² à Marseille, il  peut aujourd'hui acquérir 55 m² (+47%). C'est mieux que Rennes (52 m²) ou Strasbourg (51 m²).

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU