Vendre et acheter un appartement en Bitcoin, Miami donne l'exemple !

Vendre et acheter  un appartement en Bitcoin, Miami donne l'exemple ! ©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 15h06

«Maison à vendre pour 50 Bitcoins». Non, vous ne rêvez pas, ce type d'annonce n'a rien de farfelu puisque plusieurs pays ont déjà enregistré bon nombre de transactions immobilières avec la plus connue des cryptomonnaies : le Bitcoin. Mais bien sûr, le montant en Bitcoin ne figurera jamais sur une annonce immobilière compte tenu de l'extrême volatilité de cette monnaie digitale, habituée à des écarts journaliers de 10% à 30% et qui vient de faire l'actualité après avoir perdu en quelques jours jusqu'à la moitié de sa valeur depuis ses récents plus hauts autour de 20 000 $ (on cote ce jour un peu plus de 11 000 $).

Bitcoin accepté

Ce qui est vrai, c'est que certains acquéreurs de biens immobiliers, en particulier dans le haut de gamme, cherchent à payer en cryptomonnaie, Bitcoin bien sûr, et même Ethereum qui commence à challenger la mère des cryptomonnaie. Il faut dire que les pionniers de ces devises alternatives ont pu accumuler de véritables fortunes.  Pour que la transaction se réalise, il faut bien sûr que le vendeur accepte ce mode de paiement.  C'est le cas puisque certains demandent ouvertement à être payés de la sorte, non pas qu'ils soient tous «joueurs» mais peut-être pour des raisons fiscales car cela rend l'éventuelle plus-value de cession plus opaque.

La demande croît à Miami

Evidemment, nous ne sommes pas prêts de voir cela en France. Tout cela se passe pour l'instant aux Etats-Unis où la réglementation des cryptomonnaies n'est pas à l'ordre du jour, et à Miami en particulier. «Nous avons eu récemment de plus en plus de demandes de clients souhaitant acheter des propriétés uniquement payables en Bitcoin ainsi que des vendeurs ouverts à en accepter pour la vente de leur propriétés», témoigne Adam Redolfi, en charge du développement des ventes à Miami pour le groupe d'immobilier de prestige Barnes. Pour l'aspect réglementaire, des avocats se chargent des formalités, assure Adam Redolfi.

Un appartement à 18 Bitcoins

Adam Redolfi rappelle que la première transaction immobilière en Bitcoin en Floride est intervenue en décembre 2017. Il s'agissait d'un appartement avec deux chambres dans le quartier en vogue Upper East Side à Miami, acheté 18 Bitcoins ou l'équivalent de 275 000 $. D'après ce spécialiste de l'immobilier haut de gamme en Floride, l'attractivité et le dynamisme de Miami pourrait bien transformer la ville en paradis pour investisseurs en cryptomonnaies voulant se diversifier. Il est vrai que la pierre permet de sécuriser des gains difficilement mesurables sur ces nouveaux supports ulta-volatiles.

L'Ethereum talonne le Bitcoin

«Les crypto-monnaies  utilisées ou demandées par les vendeurs sont pour l'instant les deux principales : le Bitcoin pour la majorité et l'Ethereum pour certaines, mais nous pouvons anticiper que l'Ethereum sera de plus en plus commun notamment avec les "Smart Contract". De nombreuses crypto-monnaies alternatives comme le REAL et le REX, créées spécifiquement pour les transactions immobilières, pourraient aussi être de plus en plus utilisées , estime Adam Redolfi.

Les autres pays où des transactions immobilières ont déjà été effectuées en Bitcoin sont notamment le Japon et Dubaï où un programme neuf dans une tour luxueuse a été commercialisé en Bitcoin l'an dernier.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU