Généralisation du paiement en espèces des impôts et amendes chez les buralistes

Généralisation du paiement en espèces des impôts et amendes chez les buralistes ©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 24 juillet 2020 à 16h06

Ce dispositif de paiement de proximité doit être généralisé à partir du 28 juillet.

Le nouveau ministre délégué en charge des comptes publics, Olivier Dussopt, s'est rendu ce matin dans le Val-d'Oise pour signer la convention sur le nouveau réseau de proximité des finances publiques qui doit entrer en vigueur le 28 juillet.

Jusqu'à 300 € en espèces

Ce dispositif de paiement de proximité était testé dans dix départements depuis fin février 2020 puis dans 8 autres départements pour régler ses impôts, amendes ou factures de service public chez les buralistes du réseau FDJ (Française Des Jeux). Il permet de payer directement dans les bureaux de tabac en espèces jusqu'à 300 € ou par carte bancaire. Initialement prévue au 1er juillet, la généralisation de ce service à l'ensemble du territoire a dû être reportée en raison du contexte sanitaire.

Test peu concluant ?

La direction générale des Finances publiques a noué un partenariat avec le réseau des buralistes qui sont rémunérés pour assurer ce service mais le taux d'adhésion et le nombre de paiements réalisés semblent loin des ambitions initiales, sachant que les buralistes sont restés ouverts pendant la crise sanitaire.

La CGT Finances publiques parle d'un faible nombre de buralistes intéressés en précisant que 4.500 bureaux de tabacs vont participer sur les 24.500 répartis sur le territoire. L'organisation syndicale dénonce cette généralisation du paiement de proximité sans qu'aucun bilan de la phase expérimentale basé sur un réel inventaire n'ait été fait.

Zéro cash

Or, à compter du 28 juillet, les contribuables n'auront plus la possibilité de payer en espèces des amendes et impôts inférieurs à 300 € auprès des trésoreries et Centres des Finances Publiques qui assuraient jusqu'à présent cette mission historique de recouvrement. « Un bureau de tabac n'est pas un service public et le zéro cash est un abandon de mission. Ce qui était fait "gratuitement" auparavant deviendra payant pour l'État », s'insurge la CGT Finances publiques. Le gouvernement espère cependant faire des économies sur les effectifs des finances publiques...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.