Dossier

Impôts 2017 : tout savoir pour bien déclarer ses revenus

7. Impôts 2019 : faut-il rattacher ou détacher son enfant majeur ?

Impôts 2019 : faut-il rattacher ou détacher son enfant majeur ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le dimanche 01 avril 2018 à 10h41

Les parents peuvent choisir de le détacher fiscalement et déduire ainsi la pension versée. Ils peuvent aussi conserver l'enfant au sein du foyer fiscal et bénéficier d'une demi-part de plus. Explications...

Beaucoup de parents se trouvent confrontés au problème du traitement fiscal de leur enfant majeur. De fait, deux solutions existent.

Le principe du rattachement

Par principe, un enfant majeur est imposable à titre personnel. Toutefois, un enfant majeur peut être rattaché au foyer fiscal des parents s'il a moins de 21 ans au 1er janvier de l'année concernée ou s'il a moins de 25 ans et qu'il poursuit des études.

Pour un enfant célibataire, les parents peuvent alors continuer à bénéficier d'une demi-part supplémentaire (voire d'une part s'ils ont au moins 3 enfants). Ils devront en contrepartie intégrer les revenus éventuellement perçus par leur enfant. Il faut aussi savoir que l'avantage procuré par cette demi-part supplémentaire est plafonnée à 1.551 euros (par rapport à l'impôt d'un foyer de 2 parts avec des revenus équivalents).

L'alternative de la pension

Une autre solution permet aux parents de détacher fiscalement leur enfant et de déduire de leurs revenus les sommes qui lui sont versées. La déduction autorisée est plafonnée. Pour un enfant célibataire, elle est de 5.888 euros au titre des revenus de 2018, à déclarer en 2019. Autrement dit, s'il s'agit des seuls revenus de l'enfant, il ne sera de son côté pas imposable. Les parents doivent quant à eux pouvoir justifier du versement des sommes déduites (y compris pour l'aide en nature) et justifier également de l'état de besoin de l'enfant.

Incidences fiscales

Imaginons un couple ayant un enfant majeur étudiant sans revenus autres que le soutien apporté par ses parents. Si ce couple opte pour le rattachement, il sera imposé sur l'ensemble de ses revenus mais son impôt sera calculé sur la base de 2,5 parts (avec un avantage limité à 1.551 euros).

Dans le cas du versement d'une pension, il ne bénéficiera que de 2 parts. Mais ses revenus imposables seront diminués de la pension versée à l'enfant (dans la limite de 5.888 euros).

Mieux vaut détacher ses enfants sur le plan fiscal

Comme le montre le tableau suivant, le détachement fiscal des enfants est généralement plus intéressant. Dans la tranche à 30%, le versement d'une pension permet d'économiser 1.738 euros d'impôts. En face, l'avantage procuré par la demi-part en cas de rattachement se limite à 1.527 euros. D'où un gain de 211 euros.

L'intérêt du détachement est encore plus évident dans les tranches supérieures. Pour un foyer imposé à 45%, le gain dépasse les 1.000 euros.

Et dans la tranche à 14% ?

Dans la tranche à 14%, l'intérêt du détachement est à première vue moins évident puisque la déduction des 5.888 euros ne permet d'économiser "que" 824 euros d'impôt. Ceci étant dans cette catégorie, l'avantage offert par la demi-part supplémentaire n'atteint pas le plafond de 1.551 euros. Mieux vaut donc ici faire une simulation.

Attention à partir de 3 enfants

Les familles nombreuses doivent être attentives car le troisième enfant (comme les suivants) octroie non pas une demi mais une part supplémentaire. Le fait de rattacher un enfant peut donc offrir jusqu'à 3.102 euros d'avantage fiscal. Garder un enfant au sein de son foyer fiscal peut donc être plus avantageux.

Faire des simulations en intégrant tous les paramètres

L'intérêt d'opter pour l'une ou l'autre des solutions et l'ampleur de l'économie réalisée dépendent donc des revenus des parents mais aussi de la composition du foyer. Le plus simple est de faire ses calculs au préalable, par exemple avec le simulateur mis à disposition par l'administration fiscale. Il est également à noter que même s'il est globalement moins intéressant sur le strict plan fiscal, le rattachement peut permettre aux parents de continuer à percevoir des aides ou de bénéficier d'allègements par ailleurs (par exemple sur la taxe d'habitation).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.