Les Français fortement opposés à la mise en place d'un impôt vert

Les Français fortement opposés à la mise en place d'un impôt vert©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 04 février 2021 à 08h32

Un sondage mené par l'institut Paul Delouvrier et Kantar sur les Français et l'environnement montre qu'une grande majorité des épargnants sont opposés à une taxation supplémentaire pour financer les actions publiques en matière d'environnement.

Un sondage mené par l'institut Paul Delouvrier et Kantar sur les Français et l'environnement montre qu'une grande majorité des épargnants sont opposés à une taxation supplémentaire pour financer les actions publiques en matière d'environnement.

C'est un grand non : 74% d'un panel représentatif de la population française rejette l'idée d'une nouvelle taxation verte pour financer l'urgence environnementale, d'après un sondage de l'institut Paul Delouvrier et Kantar sur les Français et les questions environnementales réalisé fin novembre.

A la question, « seriez-vous prêt à payer plus d'impôts pour renforcer l'action publique en matière environnementale ? », seuls 20% des répondants se déclarent ouverts à une telle possibilité.

Ce rejet en bloc d'un alourdissement de la facture fiscale est commun à tous les Français, quelles que soient leurs affinités politiques : sympathisants de gauche comme de droite expriment sensiblement la même opinion négative, à l'exception de ceux se déclarant proche d'Europe-Ecologie Les Verts, qui y sont davantage disposés (51% des répondants).

Trop d'impôts

La principale raison de ce refus est, de très loin, financière : plus de la moitié des répondants rejettent l'idée d'une taxation verte car ils considèrent qu'ils paient déjà suffisamment d'impôts. Le manque de transparence et d'efficacité dans l'utilisation de l'argent public sont aussi invoqués par environ un quart des personnes interrogées.

L'enquête ayant été réalisée en pleine récession, il n'est pas étonnant que l'idée d'un effort financier supplémentaire soit majoritairement rejetée par les épargnants.

Citoyens les plus imposés d'Europe, les Français ont tendance à accueillir avec une volée de bois vert toute idée d'une hausse d'impôt. Ces dernières années, le creusement des inégalités a rendu les questions de fiscalité et de pouvoir d'achat d'autant plus explosives.

En tentant d'augmenter la taxe carbone il y a deux ans, le gouvernement s'était retrouvé face à une vaste fronde sociale avec le mouvement des Gilets Jaunes.

Une fiscalité verte inégalitaire

Paru en décembre, un rapport du gouvernement évaluait à 915€ la facture fiscale annuelle moyenne des Français, comprenant 245€ pour l'énergie du logement et 670€ pour les carburants - dont 180€ de taxe carbone.

Des taxes jugées "très inégalitaires" par le rapport, dans la mesure où elles représentent un taux d'effort pour 20% des ménages les plus modestes plus de quatre fois plus élevé que celui supporté par les 20% des Français les plus riches. Ces inégalités se retrouvent entre zone rurale et métropole. En moyenne, les habitants des campagnes supportent un taux d'effort de fiscalité verte deux fois plus conséquent que leurs concitoyens urbains.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.