Serez-vous imposable en 2018 ?

Serez-vous imposable en 2018 ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 20 octobre 2017 à 16h15

Indexation du barème, application de la décote, attribution d'une réduction exceptionnelle d'impôt. Le mode d'imposition des revenus n'est pas toujours facile à comprendre.

Outre un mode de calcul basé sur le nombre de parts fiscales du foyer, il faut aussi compter avec le mécanisme de la décote, voire celui de la réduction forfaitaire dans le cas des contribuables les plus modestes. Bref, sauf à se lancer dans des calculs fastidieux, il est compliqué de savoir si l'on sera imposable ou non lorsque l'on est proche des limites.

Heureusement, la commission des finances de l'Assemblée nationale s'est livré à quelques simulations.

Seuils d'imposition

En 2018, un célibataire restera en dehors du champ de l'impôt si ses revenus déclarés (ceux de 2017) n'excèdent pas 16.571 euros, soit 1.381 euros par mois.

Pour un couple, la limite se situera à 30.929 euros (2.577 euros par mois). Une famille avec 2 enfants (3 parts) ne devra quant à elle pas gagner plus de 41.824 euros en 2017 (3.485 euros par mois) pour être exonérée d'impôt.

Réductions d'impôt

Notons enfin que ceux qui dépassent ces limitent pourront éventuellement bénéficier d'un allègement de leur note fiscale au travers de la réduction exceptionnelle introduite en 2017. Pour mémoire, il s'agit d'un rabais de 20% pour les célibataires gagnant moins de 18.685 euros et les couples ayant moins de 37.370 euros (hors majoration pour demi-parts). Ces sommes ne correspondent pas aux revenus déclarés mais au RFR, c'est-à-dire au revenu fiscal après abattement de 10% (pour les salariés).

Le rabais est ensuite dégressif jusqu'à un RFR de 20.705 euros pour une personne seule et de 41.410 euros pour un couple.

Concrètement, en 2018, les célibataires bénéficieront d'une réduction d'impôt de 20% lorsqu'ils auront gagné moins de 1.730 euros par mois en 2017 (revenus déclarés). La réduction profitera également de manière dégressive à ceux qui auront touché moins de 1.917 euros par mois.

Pour les couples sans enfant, les limites seront de 3.460 euros et 3.834 euros par mois.

 
4 commentaires - Serez-vous imposable en 2018 ?
  • avatar
    calandrie -

    les plafonds sont bas , nous aurons une pluie d'impots . Allez à la votre

  • avatar
    perpol -

    Nous serons surement imposables. 82 ans chacun, retraités, une résidence principale, une résidence secondaire, des revenus qui dépassent un peu les montants annoncés. Donc pas de diminution de la taxe d'habitation, et, peut-être, impot sur l'immobilier, et sans doute augmentation des taxes foncières. Nous avons commencé à travailler dés la fin de nos études (à 25 et 28 ans). Nous avons élevé 3 enfants. Pendant 10 ans, nous n'avons pas bénéficié d'allocations familiales. Je me suis amusé pendant 16 mois dans différentes casernes

  • avatar
    perle -

    et les veuves ??les oubliees qui payent plein pot tous les frais avec habitation ,foncier,edf, eau etc....... pas droit a reversion parce que epoux dans le privé (110)euros depassant le plafond avec une retraite de 1260 euros la suppression par Sarko N A JAMAIS ete remise en cause et avec ça il faut encore payer la CSG quelle justice !!!!

    avatar
    MIRTEVAN -

    Vous dites ne pas avoir droit à la réversion dépassant de 110 euros le plafond et avoir une retraite de 1260 euros : le plafond fixé serait de 20300,80 euros/an soit 1691,73 euros/mois (conditions du privé).
    De plus, ce que j'ignorais : il semble qu'il y ait toutefois un minimum de réversion de 3406,47 euros/an soit 283.87 euros/mois.
    Je viens de relever ces chiffres dans la rubrique "pension de réversion"

  • avatar
    lamereci -

    Comme tous les cons ,qui avec deux enfants ;ont dû travailler à deux .Maintenant le retour de bâton ,va être douloureux ;Même si nos retraites sont celles de français moyens ,même pas de fonctionnaires .Ceux dont la femme est restée au foyer ;sont encore une fois les gagnants ,puisque avec deux enfants à l'époque ;nous n'avions pas les allocations familiales . Macron ,représentants les riches ;se moquent des mi pauvres, les sans dents ;qui demain ,seront obligés de revendre leur bien . Trois petits enfants en études universitaires ,ce n'est pas le Pére, qui avec un salaire de 2300€,à l'Education Nationale peut subvenir à ses enfants . D'autant que les bourses versées en France comme à l'Etranger ,sont réglées avec plusieurs mois de retard ! Qui fait l'avance ? pas le ministère de l'Education Nationale ,toujours en faillite ! Quant aux APL ,ces sommes versées sont totalement décalées ,en rapport avec les prix de locations .Même les colocations deviennent difficiles ;les salaires des parents , n'ayant pas évolués depuis 7 ans ;mais les propriétaires ,eux ne veulent rien savoir . Et on nous dit ,qu'il faut que la France, forme Ingénieurs ,et chercheurs ; de qui se moque t'on ? Si l'argent gaspillé ,par des universitaires qui n'ont rein à y faire ,ayons le courage de les rediriger ;cela rendra service à tout le monde ;et nous aurons moins de chômeurs jeunes .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]